fbpx

Les salariés, un levier d’influence pour les dirigeants sur Twitter

Loin d’être un phénomène de mode, Twitter devient une plateforme inéluctable des dirigeants. Si la croissance d’une entreprise est le fruit de l’effort collectif, le succès d’un patron 2.0 est aussi garanti par l’engouement de ses salariés.

Afin de mesurer l’impact des salariés sur la présence et l’engagement de leur dirigeant sur Twitter, nous avons étudié le profil de 10 dirigeants du CAC40*. Nous avons identifié les salariés parmi leurs followers et les retweets en cherchant si le nom de l’entreprise est indiqué dans leur biographie. Les comptes corporate ont aussi été pris en compte.

Les premières analyses ont montré que les dirigeants ayant le plus de salariés qui les suivent sur Twitter sont aussi ceux qui reçoivent le plus de retweets provenant de leurs salariés, à l’instar de Thomas Buberl et Stéphane Richard. En fait, plus de la moitié des retweets qu’ils ont obtenus sont émis par leurs collaborateurs, soit 54% pour le PDG d’AXA et 52% pour le PDG d’Orange. Durant les deux derniers mois, Thomas Buberl communiquait régulièrement sur la croissance inclusive, notamment la participation d’AXA à la coalition « Business for Inclusive Growth » lancée à l’occasion du Sommet du G7. Les salariés d’Atos se sont d’ailleurs tout particulièrement engagés sur ces contenus.

Quant à Stéphane Richard, il utilise Twitter comme un canal direct pour communiquer avec ses collaborateurs. En un tweet, il a réussi à réveiller des centaines de salariés qui le suivent. Il s’agit de l’un des tweets les plus retweetés du PDG d’Orange depuis le début de 2019. Cette publication a obtenu 550 RT, soit 4 fois plus par rapport à la moyenne des retweets sur ses autres tweets publiés cette année. Dans ce tweet, Stéphane Richard a directement adressé aux salariés une invitation à la réflexion collective : « J’invite tous les salariés @orange à réfléchir ensemble à notre #RaisondEtre », leur posé la question essentielle : « selon vous, quel est le rôle d’@orange dans la société ? », et fait directement appel à l’action : « Je crois en notre intelligence collective : rejoignez la réflexion et partagez votre vision sur un post-it ». Le hashtag #HumanInside » conclut son tweet et donne la parole à ses collaborateurs. Il a obtenu autant de réponses que de retweets.

Ce tweet est ensuite suivi par des contenus remerciant les salariés pour leur « engouement » et récapitulant leur contribution en un GIF. Stéphane Richard a pu générer de la proximité à l’issue de ses publications, et il s’est servi de Twitter pour créer un véritable espace d’échange et de rencontre avec ses collaborateurs.

Le positionnement des dirigeants en fonction du niveau d’engagement de leurs salariés

Il arrive aussi qu’un dirigeant compte autant de salariés parmi ses followers, mais que ces salariés ne soient pas forcément actifs sur les contenus de leur patron. Prenons l’exemple de Thierry Breton, le chef d’Atos. Seulement 7% de retweets proviennent des salariés, bien que ces derniers représentent 5% de ses followers (plus que Jean-Pascal Tricoire et Martin Bouygues qui obtiennent plus de retweets des salariés). Très impliqué sur les sujets de RSE et très rationnel, le PDG d’Atos ne met pas souvent en avant les salariés dans ses tweets. Ainsi ses contenus attirent davantage des experts en économie et en politique et des journalistes, ce qui constitue la communauté la plus engagée de Thierry Breton. Cependant il continue de créer du bon lien relationnel avec ses collaborateurs en retweetant régulièrement leurs publications et celles des comptes corporate.

Certains dirigeants présents sur Twitter sont plus isolés : ils ont très peu de salariés qui les suivent et s’engagent sur leurs tweets. Prenons l’exemple d’Emmanuel Faber et d’Alexandre Bompard. Tandis que les tweets du PDG de Danone ciblent des homologues et partenaires, le PDG du groupe Carrefour s’intéresse plutôt à la relation client. Dans les deux cas, les collaborateurs sont peu mentionnés.

En conclusion, nous pouvons aviser que derrière les milliers de retweets sur les tweets de Stéphane Richard se cachent à 50% des engagements des salariés d’Orange. Sur Twitter, les cloisons s’effacent facilement entre dirigeants et salariés. Il est important de prendre conscience de la présence des salariés présents sur la toile. Quelles que soient les cibles de vos publications, vos salariés sont toujours là, vous surveillent, et sont prêts à se montrer.

Voici quelques insights de notre étude :

Top des dirigeants qui ont le plus de salariés qui les suivent (en fonction de la proportion de salariés parmi l’ensemble des followers) :

  1. Thomas Buberl – 10%
  2. Stéphane Richard – 6%
  3. Thierry Breton – 5%
  4. Guillaume Faury – 4%
  5. Isabelle Kocher – 3%

Top des dirigeants qui ont le plus de salariés ayant retweeté leurs contenus (en fonction de la proportion de retweets faits par des salariés parmi l’ensemble des retweets) :

  1. Thomas Buberl – 54%
  2. Stéphane Richard – 52%
  3. Jean-Pascal Tricoire – 30%
  4. Martin Bouygues – 23%
  5. Isabelle Kocher – 21%

*L’étude a été réalisée sur la période du 01/07 au 25/09/2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *