Portrait des supporters de la Ligue 1 sur Facebook

Avec 29.3 Millions de Français intéressés par le football (source : Repucom), la Ligue 1 de Football est la compétition sportive la plus suivie en France. Facebook, la plateforme qui regroupe plus d’un français sur deux, se présente comme le plus grand stade du monde. Au-delà de ces chiffres, est-il possible de dresser un profil type du supporter de Football sur Facebook ? Pour répondre à cette question, nous avons collecté plus de 1.5 millions de commentaires sur les pages officielles des principaux clubs de football français, et de la Ligue de Football Professionnel (LFP) pendant 6 mois.

Notre démarche :

Nous avons mis en œuvre des technologies Big Data innovantes (Talend, Neo4j…) pour reconstituer le graphe des échanges entre ces supporters et les contenus postés sur Facebook par les clubs. La finalité de cette démarche était de construire une typologie des supporters de football selon :
– Des critères d’activités : les supporters commentent plus ou moins fréquemment la page de leurs clubs favoris
– Les formes de leurs commentaires : la variété du vocabulaire employé, l’aspect social (mentions d’amis…) ou émotionnel des commentaires (émojis…)

Pour cela, nous avons dû construire des indicateurs originaux, s’appuyant sur notre matière première : des commentaires Facebook. Nous avons déployé des technologies innovantes en text mining et en social network analysis. Nous avons aussi mobilisé les outils d’audience planning (Facebook Audience Insights…). L’originalité de la démarche consiste notamment à construire des profils pour chaque commentateur (>757K individus) afin d’en déduire des comportements dominants au sein des communautés de supporters, plutôt que d’effectuer des mesures globales portant sur des volumes agrégés de commentaires.


Les principaux résultats :

Les principaux enseignements de l’étude révèlent des audiences extrêmement concentrées, avec des usages forts de Facebook
> Une audience extrêmement concentrée autour de quelques clubs (OM, PSG, OL), les supporters qui commentent plusieurs clubs sont minoritaires (2,2%)
> Les audiences communes de commentateurs témoignent moins des rivalités historiques entre clubs, que de la nature des contenus publiés. On observe des communautés de supporters par grands ensemble géographiques.
> Une minorité d’usagers (1%) engendre une part importante du volume des commentaires (17%). Ces proportions varient fortement, les supporters les plus actifs du FC Metz engendrent plus d’1/3 des commentaires du club.
> Les profils de ces supporters témoignent de leur attachement au sport. Les supporters les plus actifs consomment des contenus directement liés aux calendriers des clubs, tandis que les moins actifs interagissent avec les contenus les plus viraux.
> Plus d’une mention sur deux reste sans réponse. C’est un « manque à gagner » non négligeable pour les clubs, dont 17% des usagers sont inactifs en moyenne.
> L’usage des émojis ou des mentions est très concentré. 80% des commentateurs publient de manière rationnelle et solitaire.

Accédez à l’étude complète
V

Erwan Le Nagard
Head of Engagement Lab. Avec plus de 10 ans d'expérience dans l'analyse de données social media, Erwan Le Nagard conçoit et développe les méthodologies innovantes au sein de The Metrics Factory.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *